Actualités

Masse Critique

La masse critique, kesako ?

30 mai 2018

Samedi 26 Mai, plus d’un millier de personnes ont participé aux 20 ans de la masse critique mais savez-vous réellement d’où provient ce phénomène qui prend de plus en plus de place dans notre petite capitale ?

Un peu d’histoire …

Dans les années 90, le maire de San Francisco, Willie Brown, déclara la guerre aux cyclistes par presse interposée après avoir été bloqué dans sa limousine par une masse critique. Il exigea que tous les participants soient arrêtés. L'événement se transforma en bataille cyclistes contre motoristes, en bicyclettes démolies, et mena à plus de 200 arrestations. Sa renommée était faite.

Le terme « masse critique » provient d’une observation du trafic routier en Chine où sans feux de signalisation aux croisements, les cyclistes attendent d’être en masse avant de s’engager.

Son objectif ? La création d’un espace public d’où les automobilistes sont exclus pour laisser place aux citadins et parfois même à des alternatives plus festives.

A l’origine, ce sont des manifestations auto-organisées mais petit à petit, elles ont commencé à se structurer pour se dérouler avec un parcours balisé et des itinéraires ont été choisis, souvent, pour mettre l’accent sur des problématiques liées à la voirie.

« Comme pour toutes les ’Masses critiques’, le but est de se rendre visible, ne plus subir le trafic, mais devenir le trafic » Benjamin François, participant régulier & membre du Gracq.

Article précédent

News image

12 000 km en vélo solaire, récit d’un jeune belge !

03 septembre 2018

En savoir plus

Raf van Hulle, architecte belge de 43 ans, a été le premier à franchir la ligne d’arrivée d’un périple de 12000 km le menant du sud de la France à la Chine.

En savoir plus

Tous les 3 mois, l'actu Bike Experience dans votre boîte mail.

Instagram